Carnet de bord semaine 5

« Je n’ai pas envie d’aller en politique pour y retrouver ce que je connais déjà. » C’est notre point d’ancrage, ce qui nous rassemble depuis un mois et demi, déjà. Nous connaissons tous les abonnés des « Y a qu’à faire ci ! Y a qu’à faire ça ! » qui trahissent nos espoirs dès le lendemain ; nous connaissons aussi les porteurs de consensus qui, à force de complaire à chacun, noient nos aspirations dans une approbation trop superficielle. Certains d’entre nous ont déjà l’expérience d’un militantisme cantonné à une distribution de tracts, aux louanges chorales qui célèbrent unanimement les vertus d’un champion politique à défendre sans objection, les hommages aux grands hommes récupérés pour la circonstance, le positionnement intellectuel valorisant pour celui qui s’exprime et qui ne considère sa base qu’en tant que tremplin de sa réussite personnelle. Nous ne voulons plus de serrages de mains compassionnels qui utilisent l’interlocuteur, sans l’écouter, ni lui proposer de vraies solutions ou de réponses honnêtes à ses préoccupations. Nous estimons que la recherche du pouvoir ne peut constituer une fin en soi pour un seul homme, mais seulement un moyen d’enrichir collectivement une société. Face à ces pratiques dévoyées de la démocratie, il y a nous… cherchant à avancer sur une voie nouvelle, un fil mince mais solide.
Voilà qu’au détour d’une réunion, le jeudi 17 août, des modalités d’échange se sont mises en place avec la simplicité et l’évidence des rivages attendus que l’on accoste enfin : intelligence collective et travail collaboratif ont été nos moteurs, comme à l’habitude. Attablés autour d’une grande feuille qui avait recueilli les points du jour, le groupe rassemblé cherchait comment régler le fonctionnement et le déroulement de l’assemblée générale prochaine, puis à adopter un positionnement de notre groupe face aux manifestations prévues le 12 septembre contre la loi du travail. Après quelques réflexions échangées, l’usage raisonné du post-it a favorisé l’élaboration collective du projet grâce à une synthèse globale des envies de chacun. De cette joyeuse coordination, ils ont fait émerger une organisation qui tendrait à résoudre les problèmes qui secouent l’Humanité depuis ses origines, dès qu’elle se rassemble pour débattre de politique! Curieux de leur singulière performance ? Incrédules ? D’accord. En vérité, nous sommes un peu plus modestes que cela. L’assemblée générale de la rentrée vous fera plonger immédiatement dans le grand bain. Dès que vous aurez été bien informés de ce qui nous a construit jusque là, de nos démarches, nos expériences collaboratives, vous participerez à votre tour à notre organisation, de A à Z, post-it à la main et convictions aux lèvres. Peut-être même, irons-nous jusqu’à nous doter d’une charte pour préserver ce fonctionnement collectif et l’horizontalité de nos prises de décision. Mais comment le savoir réellement tant que vous n’êtes pas encore là pour en discuter?
Évidemment, tout sera mis en oeuvre pour que, dans un deuxième temps, vous puissiez participer à des débats autour d’une des tables thématiques de votre choix, afin d’approfondir le sujet qui vous titille, celui qui vous inspire, celui qui vous asticote le cerveau les nuits d’insomnie, vous révolte, vous enthousiasme. Les choix seront pluriels. Les propositions constructives seront à l’honneur. Nous les attendons riches, originales et fortes.
Et la manifestation de la rentrée ? Allons-nous la regarder passer ? Non, nous ne sommes pas favorables à ce qui se dessine dans cette réforme à venir. Nous souhaitons aussi demeurer une force de proposition, de construction, d’où notre tempérance à l’endroit de cette protestation collective qu’est la manifestation. Pour autant, nous ne sommes pas non plus étrangers à ses enjeux et la critique qu’elle porte. Enfin, nous voulons rester respectueux des engagements de chacun dans l’action politique. Nous fournirons donc des stickers «M1717 » à ceux qui souhaiteront les arborer et nous faciliterons le regroupement des personnes, si nécessaire. A vous de vous déterminer : la coordination facilite votre engagement, mais ne le formate pas.
A présent, il est un point important que nous tenons à préciser. Aussi joyeuses et conviviales que soient nos rencontres et nos procédures de débat, aussi nobles que soient nos objectifs, ils vous semblent peut-être lointains ? Ou une douce utopie ? Nous ne sommes pas candides. Tout le monde constate les dérives politiques qui traversent notre société, nos inconséquences et notre inertie face aux enjeux climatiques, les défaillances de notre humanisme face aux migrations, les améliorations vainement attendues de nos conditions de travail, d’étude ou de formation continue, le manque de démocratie dans l’organisation de notre société, etc. Nous savons qu’ils peuvent créer un sentiment de faiblesse face au pouvoir, voire d’impuissance : que puis-je faire face à tout cela ? Qui suis-je pour changer le cours d’une politique déjà votée? Notre réponse à ces questions légitimes est la sincérité de notre engagement, celle de nos recherches et de nos actions. Nous nous sommes concentrés sur la réalisation de premiers pas tangibles, nous nous investissons pour améliorer les choses à notre échelle. Et vous? Vous nous lisez, vous nous suivez, vous nous accompagnez déjà. Alors, peut-être avons-nous des choses à faire ensemble?
Pour le groupe “Communication” du M1717 Montpellier Métropole,
 

Laisser un commentaire